Climat de Guyane

Le climat de Guyane et la Zone Intertropicale de Convergence

Le climat de Guyane et la Zone Intertropicale de Convergence. Cette zone naît de la rencontre des vents issus de l’anticyclone des Açores (hémisphère nord) qui génère des alizés soufflant en provenance du nord-est, et de l’anticyclone de Sainte-Hélène (hémisphère sud) dont les alizés soufflent en provenance du sud-est.

Cette masse nuageuse humide et instable détermine le climat de Guyane et les vents auxquels est soumise le climat de Guyane.


Lorsque la ZIC remonte du sud de l’équateur, vers le mois de novembre, c’est la saison des pluies qui s’installe sur le bassin amazonien. Ainsi, les alizés dominants viennent de l’anticyclone des Açores. Ces vents ont la particularité d’être puissants, instables et humides.

Lorsque la Zone Intertropicale de Convergence des Alizés est positionnée au nord de l’équateur (au-dessus de 10° de latitude nord), à partir du mois d’avril, c’est la saison sèche qui s’annonce. Les alizés dominants viennent de l’anticyclone de Sainte-Hélène, et sont secs, de faible intensité et stables.

L’oscillation de la ZIC a des conséquences sur la circulation des courants océaniques de surface, et donc sur les modalités de transport des sédiments rejetés par l’Amazone.

A la saison humide, les alizés soufflant vers le nord-est oriente le courant des Guyanes vers le plateau des Guyanes.

Ainsi, c’est la moitié de la masse d’eau douce et 20 % des sédiments en suspension qui sont rejetés par l’Amazone, qui atteignent le plateau des Guyanes.

A cette période de l’année, la salinité de l’eau atteint 10 pour mille et la turbidité peut atteindre 500mg/l voire plus.

A la saison sèche, entre les mois de septembre et d’octobre, le débit de l’Amazone diminue de 60 à 70 %.
Les alizés soufflent depuis le sud-est (anticyclone de Sainte-Hélène), le courant disperse sur les fonds marins de Guyane la majeure partie des matériaux amazoniens.
La mer est plus calme et moins chargée en sédiments et la salinité de l’eau remonte à 30 pour mille.



Cycle et type de saisons en Guyane

Les températures moyennes sont de l’ordre de 26° tout au long de l’année, on enregistre toutefois quelques minima de 16° à 18°, le matin sur l’intérieur du pays et des maxima de 34° à 36° en début après midi, surtout en période sèche.

L’humidité relative moyenne est élevée, entre 80 et 90%, selon la saison. En saison humide l’amplitude quotidienne moyenne s’établit entre 98 et 75 %. En saison sèche cependant on enregistre des minima de l’ordre de 50% en début d’après midi, et 100% quasiment chaque matin vers 6 heures.

La petite saison des pluies
De la mi novembre à mi février, la ZIC s’achemine vers le Sud. Elle aborde les côtes de la Guyane vers la mi-décembre , les premiers prémices se font sentir dès Novembre, où quelques franges Sud viennent lécher la région côtière, provoquant çà et là quelques précipitations modérées à fortes mais relativement localisées et en général de courte durée. Le passage de la ZIC proprement dit, se situe courant janvier. Cette période relativement pluvieuse est caractérisée par un ciel chargé avec des précipitations abondantes et soutenues. Ce passage durera jusqu’à février avec une diminution notable des précipitations.

Le petit été de Mars
Durant cette période (mois de mars) la ZIC atteint sa position extrême sud (entre 01° Sud et 2° Nord), où elle stationnera quelques semaines avant de reprendre son retour vers le Nord. Cette époque de l’année correspond pour la Guyane à une accalmie des précipitations. Soumise aux alizés de Nord-Est, la Guyane reçoit un air maritime humide en provenance de l’océan Atlantique, provoquant quelques développements nuageux locaux et souvent générateurs de pluies nocturnes, surtout en fin de nuit. Les journées sont souvent ensoleillées.

La saison des pluies
Dès le mois d’avril, la ZIC effectue sa lente remontée vers le nord en abordant la Guyane par le sud. Cette remontée s’effectuera durant le mois de mai voire jusqu’à mi-juin, en arrosant copieusement la Guyane au gré de ses ondulations et de son activité. La « remontée » de la ZIC est en général plus lente et son activité, liée à la position des deux anticyclones antagonistes de l’atlantique, peut être très variable. C’est en août que la ZIC se situe vers le 10ème Nord. Les perturbations liées à cette zone ne concernent plus la Guyane, seuls des développements nuageux locaux à caractère orageux provoquent des pluies éparses modérées parfois fortes.

La saison sèche
Bien établie de mi-Août à mi-Novembre, la ZIC étant rejetée au Nord. La Guyane reçoit un air plus sec en provenance du Sud Est, le beau temps s’installe sur le pays. A noter que durant cette période si les pluies sont plus rares, elle ne sont pas inexistantes et peuvent être fortes surtout dans l’intérieur, mais elles ont lieu en général en fin de nuit, voire tôt le matin. Aussi, durant cette période une journée sans soleil est très rare.

Variabilité interannuelle
Le rythme des saisons, décrit ci-dessus, est toutefois soumis à une grande variabilité interannuelle : en effet d’une année sur l’autre, le début et la fin des saisons ne se produisent jamais rigoureusement aux mêmes dates et peuvent parfois différer de plusieurs semaines.
Cette disparité des échéances, ainsi que la puissance même des saisons, sont bien souvent la conséquence de phénomènes climatiques complexes, que les scientifiques continuent de rechercher et d’étudier.
Ainsi, il a été mis en évidence que, dans la ceinture tropicale – et donc particulièrement en Guyane – , le climat était lié à un phénomène océanique du Pacifique Sud : le célèbre El Niño et sa petite sœur La Niña. Pour résumer grossièrement, on peut écrire que lorsqu’il existe un phénomène El Niño, le climat guyanais est plus sec et plus chaud, alors que La Niña entraîne plutôt une aggravation des précipitations accompagnée de températures plus fraîches.

Malheureusement, l’état actuel des connaissances face à la grande complexité de la machine Atmosphère ne permet pas encore d’appréhender l’ensemble des phénomènes qui s’y déroulent, et cela restera toujours une des motivations principales des météorologistes de percer un jour tous les secrets du climat de notre planète.